The Road so far… Bilan des six mois de voyage

La borne kilométrique de notre millième kilomètre.

Notre petit bonhomme de neige,

Cela fera bientôt huit mois que nous avons quitté notre maison de Saint Agnant et choisi de mener une vie différente, sur les chemins de la France. Ces routes nous ont menés aujourd’hui jusqu’au Puy en Velay en Haute Loire où nous sommes à présent depuis deux mois. En cette période de fin d’année, beaucoup de personnes repensent à l’année écoulée et s’offrent parfois des cadeaux pour se faire plaisir une dernière fois avant que l’année suivante n’arrive.

Nous souhaitons ce jour à toi ainsi qu’à nos autres lecteur.trice.s, de merveilleuses fêtes de fin d’année remplies de joies, de petits bonheurs simples et de rires ou sourires.

Les trois Cookies et Mr Bonhomme de neige vous souhaitent de joyeuses fêtes de fin d’année !

Nous vous offrons un cadeau : le bilan de nos six mois de voyage. Celui-ci se composera de plusieurs petites listes de moments différents, de cartes récapitulatives de notre parcours et enfin d’un diaporama vidéo rempli de photographies rescapées. Place aux surprises !

Les moments qui nous ont touché.e.s

  • La générosité et l’ouverture d’esprit des deux Christine, de Béatrice, de Marius, Claire et leurs enfants, d’Anne-Sophie et d’autres qui nous ont laissé leur maison à garder plusieurs jours sans nous connaître. Ouvrir sa maison, nous permettre de nous poser quelque temps pour recharger les batteries, cela est très précieux à nos yeux. C’est une véritable preuve que l’être humain peut être capable d’aider sincèrement son prochain.
  • Les cadeaux reçus pour Liam : seau rouge (Lorenzo pizzeria), voiture bleue (Pascale et Anita), vêtements et Jeff le chien (Liliputiens) qui fait pouet ( par les p’tits bouts des Jardins Respectueux). Des livres et jouets par les différents sélistes. Des habits d’hiver par les amis du P’tit Café… Et nous en oublions certainement d’autres. Ces petits gestes t’ont fait plaisir à plusieurs reprises. Ils sont simples mais t’émerveillent à chaque fois.
  • Les cadeaux qu’on nous a fait, outre l’accueil : fromage sur la route (qui aura fait le bonheur d’autrui), fruits (oranges) à Mauriac, repas au restaurant à Aurillac (gastronomique) et Bort les Orgues (asiatique), glace artisanale (Tournemire). Parfois, il arrive que certain.e.s nous offrent à manger et nous sommes étonnamment surpris de cette générosité très spontanée à des gens qu’ils ne connaissent que depuis quelques minutes. La bonté humaine est parfois incroyable.
  • La gentillesse de Thérèse et Benoît, qui nous ont accueillis à Saint Yrieix. Ce couple de chtis nous a fait nous sentir chez nous, avec une sensation d’être en famille. Qui plus est, cette sensation a été complétée par l’arrivée des parents de ton papa qui ont pu être également hébergé.e.s pour la nuit ! Une réunion de famille courte mais bienvenue pour recharger nos batteries de joyeuses émotions.
  • Vivre en colocation avec Amit, Mohamed et Maxence. C’est dans une ambiance internationale multiculturelle que nous avons passé quelques jours dans cet espace de cohabitation joyeuse. Ces trois compères nous ont accueilli très chaleureusement et permis d’avoir une belle pause après une dure étape.
  • La gentillesse de Danielle et Daniel qui nous offrirent gîte et couvert sur le chemin. Un gîte particulier, atypique et réconfortant car c’était une cabane au milieu de la forêt aux prémices du plateau de Millevaches dont nous commencions à apprécier les nombreux dénivelés. Ce couple nous a accueilli comme leurs enfants, et nous nous sentions vraiment comme chez nous.

Les moments surprenants

  • Le « Jesus Park » à Saint Auvent. Le sanctuaire Notre Dame de la Paix est étonnant : il s’agit d’une reproduction de la grotte de Lourdes où serait apparue la Vierge Marie à Bernadette Soubirous. Autour de cette reconstitution, il y a plusieurs éléments de religion, une chapelle, un chemin de croix dans les bois, plusieurs calvaires et croix votives.
  • La sérendipité. Rencontrer des personnes qui nous font sens à des moments inattendus. Cela a notamment été le cas à Aixe sur Vienne, où alors que nous étions hébergés, sont venus taper à la porte de notre toit une petite famille de voyageurs avec un âne. L’occasion s’est renouvelée lorsque nous avons de nouveau rencontré Marika, d’Ô Les Papilles à Nontron au bord d’un lac ! Une autre fois était lorsque nous nous sommes rendus au lavoir de Saint Pardoux la Rivière et avons rencontré Kenzo un brésilien globe-trotter très généreux qui aime le voyage et nous a proposé l’hébergement.
  • Les rencontres avec les animaux. Il nous est arrivé parfois de croiser la route d’animaux qui ont fait ta joie, Liam. Outre les nombreux.ses poules, vaches, canards, chèvres, moutons, ânes, chevaux, il nous est arrivé de rencontrer d’autres compagnons plus surprenants. Ce fut notamment le cas avec des chevreuils sauvages, lucanes, scarabées, busards et autres hérons, couleuvres, poissons d’eau douce, grenouilles et crapauds, et plus surprenant encore une tortue !
  • Le panorama et la descente des vaches à Bort les Orgues. Lorsque nous étions dans cette ville, nous avons fait une belle et longue ballade pour aller admirer les orgues et la vue qu’on avait à leur sommet. Le chemin, à travers la forêt, était très escarpé. Ce qui est étonnant, c’est qu’une partie de celui-ci est un chemin emprunté par nos amies les vaches. Tout un troupeau a descendu à vive allure le chemin que nous montions avec peine. Le temps de se mettre sur une butte sur le côté et d’observer l’attroupement, mené par une vieille dame avec une bâton à la main et poussant de grands cris : la scène était surréaliste ! Et après l’impressionnante montée, un panorama grandiose sur les monts du Cantal nous attendait.
  • Découvrir Aubazine avec Béatrice et Francis, et écouter le concert de chants polyphoniques corses. Aubazine est située entre Tulle et Brives sur de grandes hauteurs. On peut y faire de belles promenades tout en découvrant un patrimoine culturel riche. Nous avons eu la chance de découvrir grâce à nos hôtes de Chanac ce petit coin de paradis. Une source d’étonnement fût le cromlech, perdu au milieu des bois ! La journée se termina dans l’église du village, dont le parvis présentait une exposition de street-art et de grafitis peints en direct. Nous avons pu assister à un concert de chanteurs polyphoniques corses, et entendre leurs voix résonner dans le chœur de cet édifice religieux était magique.
  • Participer à l’organisation des dix ans des p’tits bouts. Nous avons eu grand plaisir à aider dans la mesure de nos moyens tous les bénévoles de cette association dédiée à la parentalité en milieu rural. Montage des différents stands, mise en place de la décoration, aide à la cuisine, telles furent quelque unes des tâches que nous avons pu effectuer. Nous étions bien heureux dans ce grand chalet, à vivre dans ce festival de la parentalité et du voyage, et surpris du cadre fantastique du plateau de Millevaches.

Les moment durs

  • Certaines journées sous la pluie ou le soleil. En effet, autant lorsqu’il fait quelques gouttes ou un peu venteux c’est agréable de pédaler, autant lorsqu’il pleut toute la journée sans discontinuer, on a parfois l’envie de s’arrêter et de s’abriter le temps de l’averse. D’autres fois, c’est le soleil qui nous a bien embêté : des températures caniculaires parfois de très bon matin, avec de belles montées, ce n’est pas notre grande joie ! Nous préférerons donc partir à la fraîche de très bonne heure autant que possible.
  • Moins de rencontres dans le Cantal. Ce département, on ne sait pas pourquoi, on l’a moins apprécié au niveau des rencontres. Était-ce parce que nous étions plus fatigués, parce que les gens étaient plus fermés, parce qu’il y a moins d’habitants ? En tous cas, on reste un peu sur l’impression qu’on a peut-être loupé quelque chose.
  • Quand ça grimpe trop. On a rencontré pas mal de pentes. Bien sûr, face aux grandes difficultés, nous mettons pied à terre et continuons en marchant et généralement, l’effort passe. En de rares occasions, il en fut autrement. Nous avons connu de temps en temps des pentes à plus de 20%. Le poids de nos vélos et des bagages n’étant pas aussi léger que nous le souhaitons, il faut parfois pousser fortement. Papa a pris plusieurs fois le relais de Maman pour l’aider à te monter petit bonhomme. Encore lui fallait-il trouver un endroit où poser sa monture très encombrante (dont le bagage arrière est très encombrant, voir les photos sur nos articles) car les poteaux en dur se font parfois rares dans les rases campagnes, et les petits buissons ne résistent pas à 40 kilos de poids.
  • Lorsque Papa a fait tomber le disque dur externe, ce fut un fendillement dans notre cœur. Des milliers de photos et vidéos ont disparu, de notre voyage comme de nos vies avant celui-ci. Depuis, nous avons un peu relativisé et récupéré quelques unes de ces photos mais la blessure est toujours présente.
  • La disparition de Gabilou. Notre petite mascotte en forme de baleine, offerte par nos amies libraires de l’Arbre à Mots, s’est égarée quelque part en Corrèze. Nous l’aimions bien cette petite peluche et surtout toi, Liam. Nous lui souhaitons une longue vie, là où elle s’est égarée !
  • Juju malade. Notre petit chat, que nous avons laissé derrière nous avant notre départ, est tombé malade. Cela nous a fait beaucoup de peine, il fait partie de notre famille et est en quelque sorte notre premier « enfant ». Il va un peu mieux aujourd’hui, et heureusement que Hélène et sa famille s’en occupent superbement. Souhaitons lui la vie la plus longue possible.
  • Quand tu as mal aux dents. Effectivement, tes petites quenottes te font parfois souffrir fortement. Nous essayons tout ce qui est en notre pouvoir pour soulager tes mots mais c’est parfois difficile pour toi malgré tout, alors nous ne pouvons que t’accompagner face à cette douleur. Le plus important, c’est que nous sommes et resterons toujours là pour toi, notre enfant.
  • Faux la Montagne nous a laissé un goût de « trop peu », un peu à la manière du Cantal. On y avait beaucoup d’attentes, peut-être trop. En fait, il s’agit d’un village de campagne comme un autre et on peut se demander si nous ne sommes, encore une fois, pas tombés au mauvais moment pour louper les rencontres avec les alternatives.
  • L’orage à Arnac Pompadour : en venant de Ségur le château, nous ne nous attendions pas à une météo si éprouvante. Ce fut un des pires orages de notre vie. Une pluie torrentielle s’est abattue sans trop prévenir, des trombes d’eau nous ont littéralement trempés. Après un ou deux kilomètres interminables en pleine campagne, sans abri autre que quelques arbres qui étaient plus hauts que larges, nous trouvâmes une maison, et personne ne répondant, nous avons trouvé refuge derrière celle-ci, sous une avancée de toiture providentielle. Nous t’avons sorti de ta remorque en quatrième vitesse et nous sommes réfugiés sous cet abri de fortune. Peut-être une heure s’est elle écoulée avant que le flot ne se tarisse quelque peu et nous permette de repartir. Sacrée aventure que ce cataclysme !

Les moments très joyeux

  • Se laisser descendre (en sécurité) après une longue montée. Quel grand plaisir, lorsqu’une fois arrivé.e.s au sommet d’une pente que nous avons gravi pendant plusieurs heures, de se laisser aller dans la descente qui se fait généralement ressentir de l’autre côté du sommet. Plus d’une fois nous avons eu ce privilège, et c’est une sensation de liberté, de véritable sens du voyage qui nous imprègne dans ces purs moments de bonheurs simples.
  • Montrer les paysages, les animaux, jouer avec toi. Nous adorons te montrer les choses, susciter ton étonnement, tes réactions parfois improbables face aux splendeurs naturelles. Les animaux sont pour toi une source continuelle de plaisir, tu adores les regarder, tu as envie de les caresser ou de les approcher, ils sont pour toi une curiosité naturelle enfantine. Quel bonheur de te voir grandir et t’épanouir dans cette nature sauvage !
  • Découvrir chaque jour de nouvelles choses, de nouveaux lieux. Nous aussi, nous émerveillons des paysages que nous voyons. Que ce soit les rives du fleuve Charente, les prémices des gorges de la Dordogne, la Vallée de la Tardoire, le parc naturel régional Périgord Limousin, les bords de la Vézère et de l’Auvézère, le plateau de Millevaches, les sept collines de Tulle ou les montagnes du Cantal, ces couleurs et sensations resteront gravées dans nos mémoires.
  • Rencontrer des gens intéressants plein de courage et de beaux projets. Nous avons rencontré un peu plus de trente initiatives dans les sept départements traversés (Charente Maritime, Charente, Haute Vienne, Dordogne, Corrèze, Creuse, Cantal). Nous avons été hébergé.e.s par de nombreux hôtes et nous les remercions tous encore de nous avoir aidé.e.s dans des moments parfois difficiles.
  • Se baigner dans les lacs. Nous apprécions, par de fortes chaleurs, de nous baigner dans les rivières et lacs naturels croisés au fil des chemins. Nous nous rappelons notamment des lacs de Haute Charente, auprès duquel nous avons planté la tente, celui de Saint Yrieix la Perche, dans lequel mêmes les chtis ont trempé la patte et celui de Nontron, remarquable par sa limpidité et son calme. La Dordogne nous permettra aussi de nous rafraîchir plus d’une fois en y trempant allègrement nos pieds et nos mains voire nos têtes !

Cartes récapitulatives

Vous trouverez ci-dessous la carte montrant nos parcours théorique et réel. Vous trouverez également une carte de France illustrant, à l’échelle de notre pays le parcours suivi. (pour voir l’ancienne comparaison, allez ici : http://lescookiesauxdetoursdumonde.ovh/bilan-trimestre-sur-les-routes/)

La carte de la France représentant notre parcours de ces 6 derniers mois
La comparaison de la deuxième partie des 6 premiers mois ce voyage en France

 

Diaporama !

Ne partez pas sans avoir regardé notre diaporama :

 

Merci…

Ce blog reste bien sûr actif, avec la publication d’articles sur les initiatives qu’on a rencontrées et dont on doit encore travailler les articles et/ou les vidéos. Et aussi, les futures initiatives que nous rencontrons en ce moment en Haute-Loire.

Dans tous les cas, on se retrouve au printemps pour la reprise de ce passionnant périple, en direction de nos futures amies, les Alpes !

Merci à vous tous qui nous lisez, aux personnes qui nous ont hébergé, aidé, renseigné, souri, nourri, offert un peu de leur temps, partager avec nous leur beau projet, à ceux qui suivent notre aventure à travers ce blog, Facebook ou la chronique à la radio et aussi aux  différents soutiens que nous avons reçu avant et depuis le début de cette aventure, notamment à ceux qui ont été suffisamment « dingues » pour utiliser le bouton Paypal (faire un don) présent sur la colonne droite de nos articles.

Et surtout, merci à toi, petit bonhomme de neige, d’égayer chaque jour nos vies d’un peu plus de bonheur !

A bientôt pour de nouvelles aventures !

3 Comments

  1. Félicitations ! Ce que tu fais, je voulais le faire : m’arrêter partout, voir tout, même un simple tas de pierre mais en voiture; mais ma femme n’a jamais compris ! Tu te souviens de la roue du diable à réparer ? Autrement, est-ce que tu as crevé avec les vélos ? J’adore regarder les images et en plus ce sont des lieux que j’ai vus mais en vitesse ! Et bonne suite pour cette aventure un peu folle mais ô combien enrichissante. J’attends la suite avec impatience. Ça y est, j’ai presque fini les flocons ! À plus !
    Daniel

  2. Un peu de repos bienvenu surtout avec cette période très humide! Juste une demande; plus de commentaires des photos…mais c’est peut-être beaucoup de boulot! Bisous à vous trois

Laisser un commentaire