Chapitre 9 : Woofing, reliance and chtis

Le lac d'Arfeuille et le viaduc

Notre précieux,

Il s’en est passé des choses ces dernières semaines. Nous avons manqué un peu de temps pour te les écrire et mettre à jour ce blog pour les amis qui nous suivent. Profitons d’une connexion à internet convenable et de quelques jours de pause pour te raconter nos dernières aventures.

Le château de Jumilhac où nous étions dans le dernier article

Le temps d’un orage, ou plus…

Lors de notre dernier article, nous évoquions notre arrivée à l’éco-hameau du Moulin de Busseix. Dans ce lieu, diverses personnes se sont réunies autour d’un projet commun d’habitat groupé. Sur un terrain de 14 hectares qui comptaient à l’origine une vieille ferme et une grange, plusieurs individus et familles se sont regroupés pour fonder une société civile immobilière et acheter ce terrain. Ainsi chaque membre possède une part de la SCI et non un terrain ou une maison à part entière. Chacun conçoit l’éco-construction à sa façon et selon ses goûts, ce qui donne un éventail assez varié de types de constructions écologiques, temporaires ou durables, auto-construites ou réalisés par des architectes… Cela nous a beaucoup interpellé, car avant de nous lancer dans l’aventure vagabonde à travers la France, nous avions (et avons toujours) le projet d’auto et éco-construire notre maison.

Busseix, c’est un petit havre de tranquillité où les décisions et les repas de midi se prennent ensemble. Même si chacun a son caractère et sa vision du monde, chacun peut s’exprimer. Nous n’avons pas pu rencontrer tous les habitants car certain.e.s étaient en vacances ailleurs. Mais nous avons été déjà bien heureux de pouvoir partager quelques moments avec ces derniers.

Nous avons aussi fait la connaissance de Johane, une wwoofeuse de passage, dont nous aurons un peu partagé le séjour. Belle rencontre aussi avec Anna et sa petite famille italienne, présente à l’éco-lieu durant les 100 jours de fête  – dont on parlera par ici – de Ladignac le Long, où l’époux travaille comme musicien. Peut-être nous retrouverons nous un jour en Italie, qui sait ?

Au cours des trois premiers jours, nous avons pu wwoofer convenablement, c’est-à-dire participer aux tâches manuelles et agricoles. Delphine a adoré ramasser des groseilles, petit travail de patience qui l’a bien aidée à se détendre et faire le vide, elle qui réfléchit toujours trop. Ton papa, quant à lui, aura en plus participé à la remise à neuf et le transport de toilettes sèches. Malheureusement, par la suite, plusieurs jours d’orages rendront bien difficiles toute activité en extérieur. Autant que possible, nous avons essayé d’aider dans les petites tâches de la vie quotidienne à la maison commune, car le petit groupe a bien sympathiquement accepté que nous prolongions notre séjour le temps que se calment les intempéries.

Ta petite maman aura eu quelques soucis gastriques pendant quelques jours, qui ont fini par passer avec le temps et le repos forcé par la pluie. Avec ce mauvais temps et cette baisse de forme passagère, nous n’avons pas pu retourner, comme nous le prévoyons, aux 100 jours de fête.

Un des saladiers de groseilles que nous avons ramassées

A la fin de notre séjour, nous avons eu la chance de pouvoir goûter à un menu entièrement belge (soupe de chicons, compote de pommes, frites, gâteau à la rhubarbe) préparé par l’une des habitantes et sa sœur en visite. Si nous avons fait l’impasse sur les boulettes liégeoises, nous nous sommes régalés de ce repas délicieux. Et sur cette dernière note conviviale, nous avons pris congé de toutes ces adorables personnes qui nous ont reçu le cœur ouvert au cours de cette semaine.

Prendre la vie du bon côté

Nos roues nous conduiront ensuite chez Christine, adhérente du SEL de Dordogne, qui habite Saint Priest la Fougère. Nous l’avons connue grâce à la Route des SEL, mais elle était bien connue des habitants de Busseix, et de nos précédentes hôtes de Jumilhac. On retrouve encore cet esprit de réseau que l’on avait connu à Angoulême. Christine n’a pas été gâtée par la vie ces dernières années, une sclérose en plaque l’obligeant désormais à se déplacer en fauteuil roulant. Mais malgré cela, elle ne cède pas à la fatalité et mène une vie bien remplie et visiblement emplie d’amitiés aussi.

Nous n’aurons pas beaucoup le temps de faire sa connaissance le soir de notre arrivée car elle part en week-end chez sa fille, puis assistera à une conférence. Nous connaissant à peine depuis quelques heures, elle nous fait suffisamment confiance pour nous laisser les clés de sa maison et nous en laisser la garde tout le week-end ! Nous en sommes très touchés !

Se re-lier aux autres

Comme beaucoup de personnes rencontrées ici et là, mais surtout en Limousin, Christine est quelqu’un de profondément ouvert, d’amical et qui essaye de voir le verre à moitié plein et un potentiel positif en chaque chose. Même si tout n’est bien sûr pas toujours rose !

Toutes ces personnes sont autant de sources rayonnantes d’énergie positive et communicative, et nous avons plaisir à les rencontrer, les connaître et nous lier d’amitié au cours de ce voyage. Même si ces moments sont parfois fugaces, parfois plus longs, ils comptent chacun autant pour nous.

Car c’est bien grâce à tous ces petits maillons que s’écrit chaque jour et se prolonge notre aventure. Alors, même si parfois nous manquons de temps pour les recontacter ou les tenir informé.e.s, nous espérons, par le biais de ce message, redire à tous nos hôtes d’un soir ou plus qu’ils comptent beaucoup pour nous et que nous leur sommes reconnaissants éternellement pour l’ouverture d’esprit et l’accueil dont ils auront fait preuve en nous laissant partager l’intimité de leur foyer.

Nous profitons aussi de cet instant pour remercier les doux dingues qui parfois nous apportent leur soutien par le biais du bouton Paypal présent sur ce blog, ainsi que tous ceux qui ont participé avant notre départ au vide-appartement. C’est aussi grâce à votre petite pierre que ce voyage est une réalité chaque jour ! Nous remercions également ceux qui ont cru en nous durant la campagne Ulule, même si elle n’a pas abouti.

Accident de parcours

Petit souci le soir de notre arrivée : en se baissant pour te porter, ta maman se bloque le dos pour plusieurs jours. Une belle cruralgie qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

Elle devra être d’autant plus attentive à s’étirer désormais après chaque étape. Heureusement, lors de notre séjour chez Christine, elle reçoit la visite d’un kiné. Celui-ci accepte d’ausculter Delphine et confirme le blocage et la cause. Il lui conseille de limiter la position assise et surtout de beaucoup marcher !

Pas de remords à avoir donc à descendre de vélo lors des grandes côtes, bien typiques du Limousin. Le temps fera son office, pas grand chose à faire de plus.

Bienvenue chez les chtis

Après quelques jours de repos au cours desquels nous avons pu prendre le temps de connaître un peu mieux Christine et sa colocataire Dominique, nous reprenons la route en direction cette fois de Saint Yrieix la Perche.

Nous y passerons quelques jours aussi car finalement tes grands-parents viendront passer une journée en notre compagnie. Nous avons l’agréable surprise d’être hébergés par des chtis, Benoît et Thérèse, qui ont déménagé dans cette belle région depuis moins d’un an.

On ne peut pas prédire, mon petit trésor, les souvenirs que tu garderas de ces rencontres. Mais on a l’impression que tu as particulièrement apprécié la gentillesse et le côté papy clown joyeux de Benoît, il t’aura donné tant de sourire ! De Thérèse aussi, je pense que tu auras gardé un petit quelque chose… Peut-être une ou deux petites berceuses au fond de la tête qui tournent depuis en boucle dans celle de ta maman, et une apparition fugace d’un lapin sorti d’un chou.

Grâce à ce couple de retraités vraiment très sympa, nous avons pu découvrir dès le jour de notre arrivé, un collectif dont nous avait parlé Christine. En effet, non loin de là, à Coussac Bonneval, onze jeunes gens issus d’une école agricole du Nord de la France se sont retrouvés pour monter ensemble un projet de co-travail agricole. Sur le même lieu, donc, on retrouve du maraîchage, de l’élevage porcin, caprin, bovin, une fabrication artisanale de bière et de fromage, un boulanger… Ce joyeux petit monde se retrouve deux jours par semaine pour vendre ensemble leur productions dans une salle commune. Nous avons pu constater que le lieu était bien connu et que les clients étaient nombreux. Nous regrettons de ne pas avoir pu discuter un peu plus avec les responsables car ils étaient bien occupés. Nous leur avons laissé nos coordonnées, sans succès, mais qui sait ?

Avec Thérèse et Benoît, nous sommes allés nager au lac qui se trouve près de chez eux. L’eau bien chaude et le cadre agréable nous ont fait beaucoup de bien. À coup sûr, nous y viendrons avec tes grands-parents.

Le lac d’Arfeuille et le viaduc
Baignade des Cookies
Bonjour Mamounette !

Ces derniers sont arrivés vendredi et furent très heureux de pouvoir voir comme tu avais grandi et te prendre dans leur bras. Nous sommes allés visiter Saint Yrieix La Perche avec eux, afin de leur faire découvrir certains endroits sympas que nous avions visité la veille. Nous n’avons pas pu leur montrer la collégiale, immense et majestueuse, car elle était fermée ce soir-là. Dommage, ils louperont l’exposition sur Sainte Thérèse de Lisieux qui était très intéressante, même pour les agnostiques que nous sommes.

L’intérieur immense
La collégiale

Pas de promenade non plus avec eux dans le parc où tu auras bien crapahuté jeudi. Après quoi nous avions eu beaucoup de plaisir à passer quelques heures à la médiathèque. Quelqu’un ayant soigneusement caché le dernier exemplaire de Grandir Autrement, pour que d’autres puissent le lire, en plein milieu de revues Parents, ta maman aura eu grand plaisir à le lire. Pendant ce temps-là, tu auras joué un peu partout avec ton papa et lu mille et une histoires.

Porte médiévale
Maison à colombage
Les oiseaux livres, une belle librairie jeunesse
Fontaine tricotée
Tour du Plô

Avec tes grands-parents, nous sommes allés au restaurant italien. Entre pâtes, pizza et glaces tu auras su trouver ton plaisir. Tu continues, comme tous les enfants de ton âge, à exercer ta préhension et les lois de la gravité une fois que tu es suffisamment rassasié. Cela engendre quelques petits désagréments et un peu de ménage, mais cela est-il réellement bien grave ? Il faut savoir accepter avec philosophie que cela fait partie de ton évolution, tout en t’accompagnant et en t’expliquant pourquoi il ne faut pas le faire. Ton sourire communicatif aura peut être attendri le cœur de la gentille patronne du resto Lorenzo. En tout cas, elle t’as offert un joli seau de plage rouge, assorti d’une pelle. Celui-ci te sert désormais à ranger et déranger à loisir tes jouets dans la remorque.

Au petit matin, nous embrassons une dernière fois Thérèse et Benoît, que nous remercions grandement pour leur accueil et leur bienveillance tout au long de notre séjour chez eux. Nous en faisons tout autant avec tes grands-parents. Ces derniers s’apprêtent eux aussi à prendre la route pour aller chercher tes cousins qui iront passer de belles vacances dans le Nord avec eux. Nous leur souhaitons de bien profiter de ce séjour. Nous passons ce matin-là la frontière d’un nouveau département.

Les Chtis

Mais ceci, mon grand, sera l’objet d’une autre histoire…

1 Comment

Laisser un commentaire